1 IMMEUBLE 1 OEUVRE

Charte 1 immeuble, 1 oeuvre : un engagement responsable

« Chez VINCI Immobilier, nous sommes fiers de promouvoir l’art au sein même de nos opérations. Grâce à notre engagement « 1 immeuble, 1 œuvre », nous contribuons à améliorer la qualité du cadre de vie des habitants et des utilisateurs. En signant cette charte, nous réaffirmons notre mission de participer, aux côtés des collectivités, au dynamisme des territoires », Olivier de la Roussière, Président de VINCI Immobilier.

A chaque immeuble, 1 oeuvre

VINCI Immobilier a signé fin 2015, avec le Ministère de la Culture, la charte "1 immeuble, 1 œuvre" qui s'inscrit dans la politique ministérielle de soutien à la création artistique et de diffusion des arts plastiques auprès du public le plus large. Voici les œuvres installées dans nos différents programmes.

«Actions» de Lauranne SIMPERE

Installée dans le hall de la résidence « Filigrane » à Bruges en mai 2017, l’œuvre photographique « Actions » de Lauranne Simpère, met en scène le tournage d’un film, avec les enfants du quartier. Cette scène se situerait à l'époque de la Résistance, en s'inspirant des photographies de tournages de grands réalisateurs, tels Jean Renoir, Charlie Chaplin ou Jean Devaivre.


«Connections Cybernétiques» de Michel Laurent

Installée à l’extérieur de la résidence « Castle Park » dans le Pays de Gex en mai 2017, le sculpteur-plasticien Michel Laurent à crée l’œuvre « Connections Cybernétiques » grâce à un assemblage de découpes d'acier. 

«D’un jardin à l’autre» de Tangui Robert

Installée dans le hall de la résidence « Côté Parc » à Nantes, l’œuvre « D’un jardin à l’autre »  de Tangui Robert est réalisée à partir d’une sérigraphie sur verre miroir. Elle représente l'espace végétal du Parc de Procè au pied duquel est édifié l'immeuble. Cette œuvre superpose deux impressions végétales et entremêle deux photographies créant un paysage inventé.

« Confluence » d’Antoine Gripay (Studio Katra)

Inaugurée dans la résidence « Le privilège » à Nantes en mars 2016, l’œuvre « Confluence » a été imaginé par Antoine Gripay du Studio Katra. L’artiste met en lumière les sons de la rue. Sous sa peau de tôle perforée aux lignes épurées, c’est un cœur de leds qui bat et s’illumine au gré des sons environnants. La puissance du son, influence l’intensité lumineuse dans une chorégraphie éclairée.

«Le ruban» de Clément Bacle

Installée dans le parc de la résidence « Onia » à La Rochelle en mars 2017, l’œuvre « le ruban » est réalisée avec de l’aluminium. Les sculptures sont disposées à l’entrée du jardin de la résidence.

« Totem » de Thierry Martenon

 Installée dans le jardin de la résidence « Parc et Chartreuse » à Meylan, l’œuvre «Totem» de Thierry Martenon est une sculpture de bois, moulée et coulée en bronze. Le sculpteur donne une nouvelle vie à cette matière comme personne. Il exploite les essences qu'il trouve près de chez lui et les travaille pour leur donner un effet vibrant, presque vivant.

«Mosaïques» de Dominique Zoladz

Installée dans le hall de la résidence « Eoz » à Nice en 2016, l’œuvre « Mosaiques » de Dominique Zoladz représente une photographie. Pour la comprendre, il faut effectuer des allers-retours constants entre plusieurs échelles de perception. Le carré est un module qui définit l'image dans l'image et c'est par groupes formant des zones distinctes que l'on serait tenté de parcourir ces bandes, comme autant de planches contact mises bout à bout. 

« LogSlice » d’Arik Levy

Inaugurée dans le hall de l’immeuble de bureaux « Be Open » en juillet 2017, « LogSlice », l’œuvre d’Arik Levy est une sculpture conçue pour interagir avec l’espace et le public. Ses reflets génèrent une série d’images que l’œil humain n’est pas structuré pour voir de lui-même, puisqu’elles proviennent d’une multitude d’angles et de directions.

« Le temps suspendu » de Stéphanie Guglielmetti

Installée dans le hall de la résidence « 14ème art » à Paris depuis décembre 2016, l’œuvre  intitulée « Le temps suspendu » de Stéphanie Guglielmetti évoque, comme l’ensemble de ces créations, le temps, le mouvement, la lumière et la transmission. Les composants horlogers, corps de la sculpture, ont été rigoureusement choisis pour leur plastique afin de répondre au parti pris architectural. Le mouvement, est omniprésent ici grâce à ces aiguilles nouées le long de fils mobiles et qui s’entrecroisent de manière aléatoire.

« Ecume de Gilles Deverchère

Installée à l’extérieure de la résidence «Anse Corail» à Fréjus Saint-Aygulf, l’œuvre « Ecume » de Gilles Deverchère est réalisée à partir d'un mélange d'acier et de verre. Ombre et Lumière : la force du métal créant la structure. L'ossature de l'œuvre et nichée dans ce réseau de lignes fortes, ainsi qu'avec le verre, ses reflets, ses irisations, ses prismes.

La façade de Francis Soler

Inaugurée sur la façade de l’immeuble « Parc 17 » à Paris en mars 2016, cette fresque  met en perspective des couchées de gris, de blancs, de noirs et de rouges carmin désaturés. Selon Francis Soler, "La lumière est la matière première de l'architecture". PARC 17 en est la plus parfaite illustration. Un bâtiment comme une œuvre d'art, étonnante et généreuse.

« La fée des pétales » et « Forêt Blanche » de Louise Frydman

Livrées en septembre 2017 dans le hall de la résidence « Victor Hugo » à Puteaux, les œuvres en céramique de Louise Frydman évoquent des formes végétales et épurées, d'un blanc poudreux, qui jouent avec la lumière.  Ces œuvres "sur-mesure" sont une occasion pour l’artiste, d’'inscrire les sculptures en cohérence avec le lieu qui les accueille, car il s'agit bien d'une communion entre les volumes, les matériaux et la lumière.

« Comète 7669 » et « De l’ombre à la lumière » d’Héloise Peyre

Installées dans l’entrée de la résidence du Vallon à Saint Foy les Lyons, les œuvres photographiques architecturales d’Héloise Peyre sont inspirées de l’architecte Le Corbusier. L’artiste a travaillé la teinte de ses photographies en adéquation avec le lieu qui allait les accueillir.

« Cadrige » de Robert Thouret

Inaugurée dans la résidence OVELIA « Les balcons d’Annecy » à Seynod en 2016, l’œuvre de Robert Thouret représente un quadrige en haut relief de quatre têtes de chevaux. Le bronze carré de 50 x 50 cm est fixé sur une plaque d'acier non traité au moyen d'entretoise de 6cm. Cet artiste lyonnais, sculpteur et statuaire reconnu à Lyon pour ses bustes.

Œuvre de Virgnie Flahaut

Inaugurée dans la résidence « Central Square » à Wattignies, l’œuvre de Virgnie Flahaut représente des cercles de plexiglass colorés aux couleurs acidulées de la confiserie, qui s'articulent sur une structure de bois et de laiton, pour dessiner ensemble la formule moléculaire du glucose. La juxtaposition des deux formules semble constituer un motif végétal de branches et de baies, sur lequel reposent deux pies dessinées de manière géométrique et graphique.

« Reflet » de Marie-Laure Gérard Bécuwe

Inauguré dans les jardins de la résidence « Allure » à Thiais, ce bronze, intitulé « Reflet » de Marie-Laure Gérard Bécuwe représente un homme se déplaçant sous la pluie avec son chien, face au vent. Il symbolise le reflet des personnages dans les flaques d'eau

« Temps d’un regard III » de Patrick Méo

Installée en juillet 2017, dans les jardins de la résidence « Angel Park » à Reignier, la sculpture de Patrick Méo, tailleur de pierre, est une pièce colossale de 400 kg, associée à la légèreté du bois de chêne qui vient en suspension sur le marbre.

« Le totem de l’esturgeon » de Marianne Peltzer

Installée dans les jardins de la résidence OVELIA « Les balcons de Royance » en mars 2016, l’œuvre conçue par l’artiste Marianne Peltzer, est une structure en acier laqué 2 faces corten, avec gravure "esturgeon" puis mise en noir polyuréthane.